ACCUEIL

SOMMAIRE





« .. Tous les êtres humains naissent libres en dignité et en droit » 


Tel est le premier article de cette Déclaration
qui fut adoptée  par les Nations unies
le 10 décembre 1948


Les rédacteurs de cet article primordial pensaient en le rédigeant notamment aux victimes de la guerre de 1939-1945 : lors des combats, aux morts dans les camps de déportation, aux exterminations pour haine raciale.
Libres en dignité ? Nous songeons aujourd'hui à toutes les victimes des conflits récents ou actuels, aux populations prises en otage. Le droit égal pour tous ? C'est sans compter avec la corruption, les réseaux influents, occultes et organisés. . .
Au début de l'élaboration de cette charte,
René Cassin n'était pas considéré comme le représentant français, mais siégeait seulement en qualité d'expert juriste à la demande de Mme Roosevelt qu'il avait rencontré début 1942 à Londres, en effet à cette époque René Cassin avait été désigné pour représenter les autorités de la France libre notamment à la réception organisée à l'occasion de la visite de Mme Roosevelt. Cette dernière avait tenu à exprimer à René Cassin son admiration et son respect aux Français résistants. Aussi en relisant les procès-verbaux des réunions préliminaires à la Déclaration des droits de l'homme, on s'aperçoit que le rôle de René Cassin devint primordial tout au long de ces deux années.
Car cette Déclaration adoptée au Palais de Chaillot fut inspirée essentiellement de la Déclaration française de 1789.
Cet honneur en revient à la France et aux interventions de René Cassin. C'était la première fois que les dirigeants du Conseil des nations rédigeaient et adoptaient une ligne de conduite morale commune pour sauvegarder la dignité humaine.
Son importance dès le départ n'a jamais été contestée dans son principe.
En 1946-1948, le temps que dura son élaboration, les Nations unies ne comportaient qu'une cinquantaine d'Etats, au moment de l'élaboration de cet article. Bien évidemment ni l'Allemagne, ni l'Italie, ni le Japon n'étaient présents.
Des pays comme l'U.R.S.S., la Chine,  l'Inde, le Pakistan, les pays  d'Amérique latine eurent un rôle important dans sa rédaction.
Ce n'est donc pas comme on le pense, un texte rédigé par les seules nations occidentales.
Les difficultés survinrent essentiellement lorsque les textes proposés modifiaient les législations de certains États.
Ce document cependant n'impliquait aucune obligation juridique contraignante.
Malgré les interventions de l'Est comme de l'Ouest, sous la présidence intelligente, bien qu'autoritaire, de Mme Roosevelt, l'entente s'est peu à peu constituée.
Ainsi le paragraphe 7 est le résultat de ce consensus qui protège la souveraineté de chaque État tout en proclamant la protection et la sauvegarde des droits de l'homme, comme objectif majeur.
Mais le grand mérite de René Cassin, c'est d'avoir voulu donner à cette Déclaration l'adjectif universelle et non pas internationale. Ce qualificatif d'universelle signifie que quels que soient les régimes: les religions, l'homme avec sa dignité, est l'élément majeur autour duquel doit se construire une société digne de notre humanité et que dans 1' avenir tous les peuples parvenus à un État démocrate pourraient se rallier à cette Déclaration.
Finalement c'est par 48 voix que cette résolution est adoptée et huit abstentions; les six pays communistes de l'Est, l'Afrique du Sud, en raison de l'apartheid et l'Arabie Saoudite.
En effet, l'islam a des positions incompatibles avec cette Déclaration et notamment concernant le rôle des femmes au sein de la communauté islamique.
Il est essentiel de souligner que dans cette Déclaration les femmes étaient enfin reconnues comme égales de l'homme alors que cette égalité était niée par la doctrine traditionnelle islamique.
L'Arabie saoudite était représenté par un Libanais qui a défendu le point de vue de cet État afin que certains paragraphes de ce texte soient supprimés. La majorité ayant refusé, ils se sont donc abstenus.
Depuis lors, des États africains et musulmans s'y sont ralliés tout en restreignant pour certains le « caractère universel » de cette déclaration de 48.
Certes la culture occidentale a prédominé pour l'élaboration de ce texte de 1948. malgré la présence de rédacteurs non occidentaux. cependant elle n'exprime pas une idéologie impérialiste ni occidentaliste. au contraire elle fonde la légitimité du mouvement de décolonisation qui suivra et lutte contre toutes les discriminations.

A cette époque la signature de cette Déclaration passe presque inaperçue en cette période où la restauration de la paix reste la préoccupation dominante : paix entre les deux blocs notamment. Cette année 1948 marque la naissance de l'État d'Israël pendant que les colonies des États européens mènent le combat pour leur indépendance.

René Cassin, dans un long article publié dans
le Monde remarque qu'il ne peut prédire l'influence que cette signature historique aura sur l'indépendance des peuples. Cependant cette Déclaration doit marquer le développement politique du monde. C'est l'aboutissement de toute cette croisade en faveur des droits de l'homme contre les doctrines abominables, contre les crimes sanglants du fascisme et du nazisme''.
Le journal /
'Humanité souligne que ce texte n'a pas de portée concrète, il néglige les droits économiques et sociaux et ne prend pas en compte les spécificités du fascisme.''


Pour la France, ce texte était déjà en partie inclus
dans la constitution de 1789

en revanche d'autres pays l'ont adopté

Extraits du cahier journal de l'UF